Mise en place offensive et circuits préférentiels pour progresser et finir.

Pour être efficace la construction d’une attaque placée ou rapide ne peut pas venir de nul part, il est nécessaire de construire un langage commun entre les joueurs afin de créer des « automatismes » collectifs et individuels. Les britaniques de Stalybridge nous offrent une situation évolutive de mise en place offensive.

Que faire pour utiliser au mieux cet exercice ? 

Mettre en place votre système de jeu : vous connaissez les systèmes classiques nous n’allons donc pas revenir dessus cependant nous pouvons dire que ce type d’exercice « à blanc » (sans opposition) ou avec opposition peut-être proposé pour le foot à 8 et le foot à 11. Pour le football à 5 jusqu’aux U9, cela n’est pas forcément bénéfique.

Choisir votre nombre de joueurs participant à l’offensive : vous pouvez commencer par les placements / déplacements / replacements d’un ou deux joueurs (exemple: la course des deux attaquants ou le dédoublement de deux joueurs dans les couloirs) pour aller vers la coordination des courses pour l’ensemble d’une ligne de force ou de l’équipe.

Choisir votre type d’attaque : choisir entre une attaque rapide, une contre-attaque ou une attaque placée.

Choisir votre type de pédagogie : vous pouvez être directif (imposer votre point de vue à vos joueurs) ou plutôt dans le guidage, le questionnement de vos joueurs (impliquer vos joueurs dans la construction de l’attaque). Pour résumer, la pédagogie directive fait gagner du temps a court terme mais est excluant pour les joueurs (l’éducateur se place au dessus des joueurs). la pédagogie par questionnement, par guidage inclut plus les joueurs au projet, elle peut prendre plus de temps mais, à long terme, les joueurs s’en souviennent mieux.

Choisir comment construire l’attaque passage :  par le centre, par les côtés, par un jeu rapide vers l’avant, en prenant son temps, en temporisant,…

Donner des consignes à vos joueurs : Répondre à la question « quelles sont vos attentes ? ». Vous pouvez corriger les placements / déplacements / replacements, les timming de passe, les zones de dribbles, de passes, de frappes, les courses croisées, les circuits préférentiels,…

Augmentation de la difficulté : en ajoutant de plus en plus de joueurs qui défendent le but adverse. Pour faire votre mise en place offensive vous pouvez missionner les défenseurs afin de faire travailler vos attaquants.

Matérialiser les espaces de jeu : afin d’identifier les zones de jeu de vos joueurs. En faisant des couloirs dans la largeur, la longueur,…

Donner des objectifs à vos joueurs : les objectifs peut et doivent être individuels et collectifs. Voici quelques exemples d’objectifs : % de réussites aux centres, de frappes au but, de passes, temps limite avant une frappe, nombre de touches de balle suivant les zones,…


Jeux réduits pour jeu en zone de finition et utilisation des côtés (J.C. Garrido, Vilareal, Betis)

Le coach espagnol Juan Carlos Garrido passé par Vilareal, le Betis Séville entre autres nous propose 7 situations de jeux réduits qui plairont forcément à vos joueurs pour le côté ludique. Les thèmes travaillés seront : le jeu en zone de finition (finition, démarquage, centre,…) et l’utilisation et le passage par les côtés.

Situation 1(1:04) : Situation en 4 contre 4. Variables possibles : nombre de touches de balle / temps limite pour frapper / comptage des points sur but en fonction de la hauteur de récupération (exemple : je veux chercher une récupération basse de mes équipes = 5 points si but sur récupération dans mon 1/3 défensif, 3 points  si but sur récupération dans mon 1/3 médian, 1 point  si but sur récupération dans mon 1/3 offensif).

Situation 2( 1: 44) : 4 contre 4 + 4 appuis offensifs par équipe. L’objectif sera de travailler le jeu en zone de finition (finition, démarquage, centre,…), le jeu rapide vers l’avant, la réversibilité des rôles,… Variables sur lesquelles jouer : Idem S1 + nombre de touches de balle pour les appuis, autoriser ou non les appuis à défendre entre eux, obliger ou non de passer par les appuis avant de marquer.

Situation 3 (2:30) : 3 équipes en  7 contre 7. 2 équipes jouent et la 3ème est sur le côté. Thème conserver / déséquilibrer / finir. Comment se déroule la rotation ? Soit en « qui perd sort » : match de 5 minutes, l’équipe qui prend un but se fait remplacer par la troisième équipe (faire un classement final). Autre solution, augmenter le temps de jeu et le garder fixe. Exemple : 2 équipes jouent pendant 15 minutes et la 3ème équipe fait un atelier technique ou physique ou tactique. Les équipes feront 2 temps au jeu et un temps à l’atelier.

Situation 4 (3:02) : Jeu réduit avec thème finition. Forte densité dans le terrain amenant les joueurs a vite passer par les appuis latéraux afin de finir sur centre.

Situation 5 (4:10) : 8 contre 8 avec buts inversés dos à dos. Ce type de situation permettra de travailler le jeu sur les côtés car les sont obligés d’utiliser les couloirs latéraux afin de contourner les buts. Vous pouvez également placer une porte de la largeur des buts plus 10m de chaque côté des buts afin d’obliger encore plus les joueurs à passer par les côtés. Vous pouvez mettre les buts dos à dos collés (préférable) ou plus éloignés (comme sur la vidéo).

Situation 6 (5:00) : Situation en 11 contre 11 sur 1/2 terrain.

Situation 7 (5:40) : Situation en 9( attaquer un but, défendre 2 buts) contre 9 (défendre un but, attaquer 2 buts). L’équipe qui attaque 2 buts pourra (pour être efficace) dans un 1er temps passer par l’axe du terrain mais si l’équipe dépasse le 1er but, l’action devra passer par les côtés afin de contourner le 1er but. Comptage des points : 1 point si but dans le premier but. 5 points si buts dans le 2ème but.


Technique de déviation, jeu en appui- remise ( académie de Southampton)

Le jeu dos au but n’est souvent pas naturel chez les jeunes footballeurs. Attirez par le but adverse, les courses et appels de balle (chez le débutant) se font essentiellement en direction du but adverse. Il est donc nécessaire d’apprendre à vos joueurs a varier leurs angles de courses afin de se démarquer et augmenter l’incertitude chez le défenseurs adverse. Une fois que vos joueurs maîtrisent les différentes formes d’appels de balle vous pouvez travailler l’aspect technique de la passe, de la remise, du jeu en déviation au sol ou aérienne.

La déviation est une passe qui se fait en une touche de balle dans une direction différente (sur les côtés ou en profondeur) de la passe initiale. L’académie des Britanniques de Southampton nous offre donc une situation visant à travailler la technique de déviation.

Quels joueurs sont amenés à jouer en déviation ?

De façon générale, une déviation se fait sur une passe venant de l’arrière donc les défenseurs sont très peu amenés à jouer en déviation. Plus nous avançons dans le terrain plus les joueurs seront amenés à jouer en déviation ou en appui- remise.

Ce qu’il faut travailler

La prise d’information : sur le temps de passe de son coéquipier, le joueur devra être capable d’analyser les placements et déplacements de ses coéquipiers et adversaires afin de voir quelle est la meilleure solution.

Dissociation segmentaire : le joueur devra être capable de faire une passe dans une autre direction que l’orientation de ses épaules. Normalement, pour faire une passe efficace, les épaules doivent être orientées en direction de la destination de la passe.

Type de déplacement : le joueur doit être capable de sortir du marquage adverse grâce à un appel-contre appel et que des changements de rythmes de directions.

Type d’appui : se déplacer toujours de façon dynamique sur les plantes de pied (en dans du boxeur, pas sur les talons).

Corps obstacle : utiliser son corps comme obstacle entre le ballon et l’adversaire.

Attaque de ballon / démarquage : l’attaque de ballon est primordial dans la bonne réussite de la déviation. Cela permet d’empêcher l’anticipation du défenseur.

Différentes formes de déviation : la déviation doit être travailler en variant l’orientation de la passe (en profondeur, vers l’arrière, sur les côtés), la hauteur de prise de balle (au sol ou plus ou moins aérienne), la surface de passe (tête, poitrine, pied droite / gauche, intérieur / extérieur.


Technique d’anticipation défensive (Jorge Sampaoli)

Anticiper une action d’un adversaire n’est pas chose aisée pour un joueur de football. L’anticipation est une action mobilisant de nombreuses compétences qui seront détaillées ci-après. Jorge Sampaoli nous offre une situation technique complexifiable pour travailler l’anticipation défensive contre un adversaire dos au but.

Qualités qui doivent être développées

– Physique :  vouloir anticiper, c’est bien. Pouvoir anticiper c’est mieux ainsi, il faut travailler la vivacité, l’explosivité.

– Technique : cela nécessite une technique de lutte spécifique afin de passer son corps, passer l’épaule devant l’adversaire.

– Tactique : faire un choix entre anticiper en passant devant l’attaquant mais avec le risque de se faire dépasser si l’adversaire utilise bien son corps comme protection et rester en opposition entre son but et l’adversaire afin de ne pas se faire éliminer.

– Mental : anticiper n’hésite également certaines qualités mentales. Il est ainsi nécessaire d’avoir une « agressivité positive », une motivation a défendre en avançant, a gagner  du terrain

Comment anticiper et passer devant son adversaire ?

  • ne pas coller son adversaire en corps en corps (cela permet de mettre de l’incertitude chez l’adversaire).
  • être environ à 1m de l’adversaire (l’attaquant doit sentir votre présence mais pas votre contact) afin que celui-ci ne puisse pas utiliser son contact.
  • analyser le style de jeu de votre adversaire
  • défendre sur le plante des pieds (pas sur les « talons » afin d’être dynamique et réactif
  • sortir, anticiper sur le temps de passe


3 contre 2 en attaque rapide avec déplacements dans le 1/3 offensif puis jeu sur centre (Olympiacos FC)

Direction l’Olympiacos le Pirée pour une situation qui vous permettra de travailler sur le plan défensif la défense en infériorité numérique, la défense en barrage sur un bloc relativement bas. Sur le plan offensif, vos joueurs travailleront l’attaque rapide, les déplacements en zone de finition sur un centre (courses croisées, appels, contre-appel,..). Il s’agit d’une situation sans réversibilité des rôles (pas de transitions off / def et def / off). Vous travaillerez également l’enchaînement de deux actions.

Variables sur lesquelles jouer 

– Hauteur du bloc défensif : des 16 m jusqu’aux 35m.

– Placement des défenseurs / retard défensif : vous pouvez faire comme sur la vidéo avec des défenseurs uniquement en barrage. Vous pouvez également mettre un défenseur en poursuite.

– Rapport de force (attaque / défense) : choisir entre infériorité, égalité ou supériorité numérique.

– Zone de départ des attaquants : dans la zone centrale ou dans une zone latérale. Vous pouvez partir plus ou moins haut.

– Type de départ des attaquants : après passe aérienne des défenseurs adverses, après passe de l’éducateur, après départ ballon au pied.

– Largeur de la zone : l’attaque peut se faire maximum dans la largeur de la surface de réparation.

– Transition Off / Def, Def / Off et réversibilité des rôles : vous pouvez faire comme sur la vidéo (sans relance des défenseurs) mais vous pouvez aussi placer des portes dans lesquelles devront passer les défenseurs en conduite de balle à la récupération du ballon.

– Nombre de touche de balle : de 2 touches max à touches illimités

– Mettre en temps limite : jeu libre ou limiter le temps avant la frappe jusqu’à 5 secondes maximum.

– Nombre de passes : limiter ou non le nombre de passe pour les attaquants.

– Placement initial des attaquants : possibilité de partir les trois de front (sur la même ligne), avec une pointe avant (un avant-centre, 2 numéro 10), avec deux pointes avant (deux n°9 et un n°10).

Comptage de points (exemple)

Pour les attaquants : 

  • 1 point si frappe
  • 5 points si buts
  • – 3 points si perte du ballon sur dribble ou passe interceptée.

Pour les défenseurs :

  • 1 point si récupération
  • 3 points si récupération et relance dans un porte
  • – 3 points si but encaissé

Pour les gardiens de buts :

Si vous avez deux gardiens, afin de « challenger » et mettre de la compétition entre eux vous pouvez demander de faire des rotations dans les buts après 5 départs de ballon avec comptage des points :

  • 1 point si récupération des défenseurs
  • 2 points si arrêt après frappe en dehors de la surface
  • 3 points si arrêt après frappe dans la surface
  • -5 points si but adverse


Vitesse en duel, changement d’allure et de direction ( Swansea City)

Direction le Pays de galles avec le club de Swansea City et son académie pour une multitude d’exercices permettant de travailler la vitesse spécifique du footballeur. C’est à dire les changements de directions et d’allures pour éliminer l’adversaire, la course arrière et le recul-frein à haute vitesse afin de ne pas se faire éliminer et faire perdre de la vitesse.

Exercice 1 :  course avant / bloc / course arrière puis course avant. Permet de travailler la reprise d’appui, le blocage l’accélération et les déplacements arrières.

Exercice 2 : Course latérale en pas chassés au départ puis en pas croisés et sprint au coup de sifflet. Au football, les déplacement latéraux se font quasiment exclusivement en pas croisés. Les pas chassés peuvent être utilisés lors des déplacements des gardiens de but.

Exercice 3 : Déplacement en miroir en fonction des directions montrées par l’éducateur.

Exercice 4 :  Sprint puis blocage et déplacement en recul-frein en fonction de la direction montrées par l’éducateur. Se déplacer vers l’arrière en appuis dynamiques (éviter de poser le talon au sol se déplacer sur la plante avant du pied).

Exercice 5 : En duel 1 contre 1 un défenseur en recul frein et un attaquant qui va vers l’avant. Les variables possibles.

– Comme sur la 2ème partie de l’exercice, l’éducateur montre la direction ou doit aller l’avant.

– Donner un ballon ou non à l’attaquant.

– Finalité pour l’attaquant : éliminer pour passer dans une porte en conduite, pour passer le ballon dans une porte (passe), pour centrer vers un joueur, pour frapper au but.

– Degré du duel : l’attaquant peut-être en coopération avec le défenseur puis, pour augmenter la difficulté, il peut intensité les changements de directions d’allures et les feintes afin de dépasser et d’éliminer le défenseur (comme en match).

– La distance d’intervention : le défenseur peut être libre en terme de distance mais vous pouvez également lui imposer d’être toujours en contact avec l’attaquant (toucher l’adversaire avec son bras). Vous pouvez également mettre une corde, une latte.