Finition, transition et vitesse avec ballon (Anthonin Baz)

Anthonin Baz, passé par l’ESTAC Troyes, Paris FC, Red Star, SM Caen, US Orléans (et à la recherche d’un nouveau projet en France ou à l’étranger) nous propose un exercice de finition/transition OFF / DEF et de vitesse avec ballon.

Objectifs : marquer des buts et empêcher son adversaire direct d’en marquer.

Consignes : Départ de l’action avec les bleus (joueur A) qui fait une passe en profondeur dans la porte pour B. Dès que B frappe au but, les oranges lancent à leur tour l’enchainement (C passe dans la porte à D) qui frappe au but. Juste après sa frappe, B doit empêcher la frappe de D. et ainsi de suite. Nous sommes sous forme de passe et suit et l’exercice est en continue.

Variables

  • Changer l’ordre pour attaquer et défendre sur un adversaire différent.
  • Départ de l’action à droite puis à gauche avec variation sur l’angle de rappe.
  • frappe libre sur la distance ou frappe avant les 16m50
  • prise de balle puis conduite avant la frappe (comme sur le schéma) ou frappe en une touche de balle (dans la surface de réparation)

Veiller à

  • Justesse de la passe pour mettre le partenaire dans les meilleures conditions.
  • Prise de balle vers le but pour optimiser les changes de marquer
  • Transition OFF / DEF très rapide pour empêcher l’adversaire d’avoir une frappe « facile »

Prise d’information / décision dans la conservation (F. Advice Desruisseaux,N3 OMF)

Au delà des principes de jeu divers et variés, F. Advice-Desruisseaux attache beaucoup à amener ses joueurs à penser l’action, la situation « d’après ». L’aspect « cognitif », « réflexion », l’adaptabilité contextuelle avec et sans ballon du joueur est donc primordial dans l’approche de F.A.D.

Dans cette vidéo l’objectif de F. Advice Desruisseaux est :

  • d’inciter ses joueurs à trouver cette passe qui élimine,
  • faire prendre conscience à ses joueurs que quand on est dans le dos de l’adversaire la passe élimine
  • pour ceux qui défendent savoir se détacher du ballon et se concentrer sur la fermeture de passes prendre l’information dans son angle mort pour savoir qui on doit fermer le cadrage fermeture

Dimension du terrain : carré 12×12 (la dimension est importante sur l’aspect technicotactique, mentale mais aussi sur l’aspect athlétique (attention à la charge donc au temps etdimension)
Temps : 3 séquences de 2’30’’ et 30’’ pour la rotation 6VS6 (2VS2 intérieur et 4 appuis ACTEURS) (travail en binôme)
Nombre de touche : LIBRE à l’intérieur. Les appuis sont disposés par binôme face à face sur chaque coté du carré et ils ont un ballon par binôme, ils peuvent se libérer en faisant la passe a son binôme 1pt 10 passes, 2pts passe dans l’intervalle.
Possibilité de jouer que deux fois de suite avec les appuis du même cotés.
Les joueurs de l’intérieur peuvent jouer entre eux et avec les appuis qui n’ont pas le ballon, du coup quand l’appui qui n’a pas le ballon reçoit le ballon il le garde et le ballon sort de l’appui qui avait le ballon.
Prise d’information (scan visuel), prise décisions, choix, travail défensif du binôme sans ballon à 4vs2, travail de positionnement de l’équipe en possession proposé solution dans l’intervalle pour l’appui (sans
ballon), manipulation de l’adversaire pour les deux à l’intérieur (étirer le binôme qui défend) et se rendre disponible etc. …


Comprendre les maladies d’Osgood-Schlatter, de Sever,…. Pour mieux les prévenir (O. Terzi, Kiné du sport).

Nous avons lu le livre « Les Lésions méconnues du jeune sportif », écrit par Olivier Terzi (Kinésithérapeute). Ce guide parlera forcément aux éducateurs / entraineurs, parents, professeurs de sport / d’EPS, … Olivier nous explique de manière simplifiée sur ce que sont ces pathologies(maladie d’Osgood-Schlatter, de Sever,…) qui touchent nos jeunes pendant la croissance et nous propose des outils ainsi qu’une méthode d’étirement pour mieux éviter blessures et douleurs.

La deuxième partie de son ouvrage est dédiées aux étirements spécifiques qui doivent être réalisés à distance de l’activité physique selon des règles bien définies, il appelle cela le « Stretching Physiologique ».

Afin de mieux comprendre le « pourquoi du comment » des risques de blessures chez les jeunes sportifs et football ainsi, que des propositions de remédiations pour éviter l’apparition de ces blessures / douleurs

Cliquez ci-dessous si vous êtes intéressés par le guide préventif pour lutter contre les blessures des 10-25 ans.

https://stretchconcept.fr/accueil/22-les-lesions-meconnues-du-jeune-sportif.html

Nous en profitons pour poser quelques questions à Olivier :

FBCV : « Pas  d’étirements juste avant et juste après  un match et un entrainement ». Vous préconisez d attendre à moins 1 à 2 heures après l entrainement c est bien cela?

Olivier Terzi : Lorsque les étirements ont pour but l’amélioration de la souplesse (objet de mon livre) c’est tout à fait ça. Néanmoins s’agissant d’un match ou d’un entrainement particulièrement « physique » il est préférable d’attendre le lendemain ou le surlendemain.

FBCV : Importance  de l étirement  avant  10 ans. Les étirements avant 10ans sont peu utiles  hormis pour mettre  en place une habitude pour le futur. C’est bien cela?

Olivier Terzi : Tant que les enfants ne présentent pas d’hypo extensibilités musculaires liées à la croissance le travail de la souplesse est inutile en effet avant 10 ans mais rien n’empêche à l’éducateur compétent d’initier les jeunes footballeur(se)s à la pratique des étirements . Mieux vaut inculquer les bonnes pratiques le plus tôt possible !

FBCV : Il est préférable pour vous de s étirer 1 à 2h après la séance. Par conséquent, il y a  t il une utilité de  s’étirer juste à la fin de séance ?

Olivier Terzi : Les étirements post exercices ne sont pas interdits s’ils ont pour but le relâchement de tensions résiduelles. Mais ceux-ci doivent être effectués avec la plus grande douceur sans recherche d’allongement maximal, sur des temps relativement courts .

FBCV : Etirements dynamiques de fin d échauffement prônés dans les  formations FFF? Cela est un positif  négatif ou nul?

Olivier Terzi : Les étirements dynamiques de fin d’échauffement sont en effet très utiles pour préparer certains gestes sportifs mais, en aucun cas ces étirements ont pour vocation l’amélioration de la souplesse .


Jouer sur la variable « TEMPS pour travailler votre thème tactique (J. Rabin)

Espace, temps , évènement. 3 types variables qui peuvent et doivent vous permettre de faire varier vos jeux de séance. Nous allons aujourd’hui nous centrer sur la gestion, la manipulation de la variable « TEMPS » pour proposer différents thème de travail. Ainsi, nous cherchons à raccourcir à allonger le temps pour le porteur de balle (PB), les non porteur de balle (NPB) et la défense.


Suivi de la charge d’entrainement (INSEP, S. Morin, O. Maurelli)

Stephane Morin (professeur EPS et préparateur physique au F.C. Nantes) et Olivier Maurelli (Préparateur physique de l’EDF de volley ball) nous parle de leurs visions sur la charge d’entrainement. Ils se rejoignent sur le fait que la période d' »affutage  » avant la compétition n’est pas primordiale et placent le travail. La charge d’entraînement est basée sur l’intensité et la durée d’une séance d’entraînement mais dans leurs analyses, les deux préparateurs vont bien plus loin que la charge d’entrainement pour le suivi, la planification des séances et semaine.

Quelques citations pêle-mêle

  • « entrainer, s’entrainer pour l’entraineur, le sportif, c’est prendre du plaisir à se projeter dans un plaisir futur espéré « 
  • être performant aux bons moments, c’est savoir :
  • 1 / choisir les angles de vue les plus riches en en informations pour éviter les illusions d’optique de la photo unique.
  • Il est primordial de faire plusieurs « photos » (test, vidéos, analyse,..) sur plusieurs angles différents en confrontant son points de vue avec d’autres personnes (adjoints, responsables,…) objectives (ne pas demander aux parents)
  • Outils et données objectives : cardiofréquence mètre, GPS, Test, … sont plus utiles sur le côté collectif des sports co.
  • Outils et données subjectives : elles viennent directement du sportif de façon verbale, non verbale
  • Proposition par exemple d’inverser en faisant la « forte » séance le lendemain du match (ex : lundi) et la séance « faible » le mercredi.

En passant de l’athlétisme au football, S. Morin, fut surpris ou même choqué par le fait qu’aucun entrainement ne dure plus de 1h30 (temps de match) et que « les joueurs passaient plus de temps à récupérer d’efforts qu’ils n’avaient pas fait que d’effort qu’ils avaient fait. Il faut s’entrainer plus pour progresser plus. Il est primordial de travailler en équipe, en staff.

Analyse des données – le data mining (16:00 à 23:00)) : prendre toutes les données et essayer de les regrouper pour voir si on peut y trouver du sens.

  • Durée / charge
  • Conditions / intensité max / intensité moyenne / fatigue
  • vie personnelle / humeur / plaisir
  • Sommeil / vigueur / récupérer
  • Confiance en soi / technique / tactique

La planification, la programmation, la périodisation

  • 1 / C’est faisable, indispensable, ce n’est pas que de la théorie
  • 2 / Il faut des données. Beaucoup, toujours plus . Tous les jours. Les bons outils pour les collecter.
  • 3 / Savoir les analyser. Avoir le temps de les analyser
  • 4 / pour concevoir les meilleurs stratégies

Sur l’intervention de Olivier Maurelli

Pourquoi « monitorer » (détecter / prévenir) la Charge d’entrainement?

  • pour vérifier si l’athlète s’adapte au programme d’entrainement (sensibilité individuelle à l’entrainement) : notion d’aptitude et de fatigue (calvert et al. 1976). Individualisation.
  • pour minimiser les risques
  • apparition d’une fatigue chronique comparable à un état de surcharge « non fonctionnelle », blessures, maladies (Halson,2014)

Avantages du monitoring de la charge d’entrainement (C.E.)

  • apporter des explications scientifiques sur l’évolution des performances.
  • Minimiser le degré d’incertitude associé à ces changements.
  • Etudier rétrospectivement les relations C.E. / performance.
  • Permettre une planification apropriée de la CE et des compétitions.
  • Sélectionner les athlètes prêts pour la compétition.
  • Confiance dans le programme d’entrainement.

Méthodes utilisées (29:00)

  • suivi évaluations physiques
  • suivi training load Pro https://www.trainingloadpro.com/
  • suivi anthropométrique
  • suivi de la Fréquence cardiaque
  • suivi dosage sanguins
  • quantification de l’activité quotidienne ( au delà de l’entrainement)

Technique Spécifique attaquant à intensité maximale (RDC Espanol Barcelone)

Le RCD Espanol de Barcelone nous propose de nombreuses variables visant à travailler le spécifique attaquant sur de la finition hors de la surface avec de la pré-fatigue.

Exercice 1 (00:00) : pré fatigue avec appui-remise de la tête avec impulsion puis enchainement contrôle frappe de loin. 4 répétitions à réaliser à vitesse / intensité maximale, 4 à 8 blocs, 1 minute de récupération entre les blocs.

Exercice 2 ( 00:28) : sans pré-fatigue, prise de balle de mouvement, élimination de l’adversaire (opposition raisonnée pour « gêner » le PDB) puis frappe hors de la surface. Réaliser 4 répétitions à vitesse / intensité maximale, 4 à 8 blocs, 1 minute de récupération entre les blocs.

Exercice 3 ( 00:58) : pas de pré-fatigue, prise de balle dos au but , contrôle orienté et frappe hors de la surface. Réaliser 4 répétitions à vitesse / intensité maximale, 4 à 8 blocs, 1 minute de récupération entre les blocs. Variables : sans opposition au départ puis avec un adversaire qui « gêne » sans objectif de récupération

Exercice 4 (01: 52) : appui-remise avec adversaire qui gêne, puis appel en courbe (en banane) latéral puis profondeur et frappe hors de la surface. Réaliser 4 répétitions à vitesse / intensité maximale, 4 à 8 blocs, 1 minute de récupération entre les blocs.