Le jeu de tête par le « baby foot »

Le jeu de tête est souvent compliqué à construire chez le joueur de football. La difficulté de ce geste est dû au fait qu’il s’agit d’une action spécifique au football (pas de jeu de tête dans d’autres activités sportives) donc pas de possibilité de transversalité avec les autres sports. Il existe d’autres facteurs limitant l’efficacité du jeu de tête :

– le fait de faire un duel peut-être source d’appréhension pour un joueur. Par conséquent, lorsqu’il s’agit d’un duel aérien cette appréhension peut-être encore plus inhibitrice.

– manque de précision de la passe / remise de la tête : viser des zones au sol, verticales. travailler par deux en augmentant progressivement la distance.

– manque de puissance de la passe de la tête : travailler sur « l’armé / frappé », travail de renforcement.

– manque de tonicité musculaire de la sangle abdominale pour l’  » armé / frappé » : travail de renforcement, de gainage (à partir des U13 en insistant sur des postures sécuritaires puis en augmentant l’intensité avec l’âge).

– manque de puissance pour l’impulsion : travail de bondissements horizontaux et verticaux. En augmentant la hauteur et la longueur des sauts. Ce travail se fait progressivement à partir des U13.

– Crainte du duel aérien : proposer des exercices avec différentes formes de lutte partant de la lutte au sol jusqu’à la lutte aérienne. Vous pouvez jouer également sur la forme d’opposition afin d’augmenter progressivement la difficulté : technique analytique sans opposition, opposition raisonnée avec un adversaire augmentant son degré d’adversité pour aller à une opposition réelle. Vous pouvez imposer un temps de retard au défenseur pour faire travailler l’attaquant.

– problème de timming : travailler sur la course d’élan, sur l’impulsion (un pied et deux pieds), frapper le ballon avec une course d’élan ou à l’arrêt.

Pour travailler le jeu de tête en école de football, il faut y aller par étapes. La dimension technique devra prendre le dessus sur la dimension physique (la technique sera un pré-requis avant le physique) dans un premier temps.

Le travail de jonglage / jonglerie de la tête peut (et doit) être la base, le début du travail de jeu de tête. Voici, enfin les consignes et les variables sur lesquelles jouer pour travailler le jeu de tête :

– la passe : distance du passeur, type de trajectoire de passe, passe à la main ou au pied, utilisation de la potence pour frapper le ballon à l’arrêt.

– avant la frappe : analyser, la course d’élan, l’utilisation / le placement des bras, l’impulsion un pied ou deux pied, occupation de l’espace, gestion du duel (placement par rapport à l’adversaire, la notion de « corps obstacle », le timming, l’analyse de la trajectoire.

– pendant la frappe : utilisation des bras, « armé / frappé », zone d’impact (le front), le timming.

– après la frappe : type de passe ou renvoie ( déviation latérale ou dans la profondeur, passe vers l’avant), zone de renvoie / passe / frappe (viser le but, un espace, une cible, un joueur, une zone,…).

– statut du frappeur : je fais un jeu de tête défensif (renvoie dans une zone, un espace, un joueur) ou je fais un jeu de tête offensif ( déviation, remise, frappe au but).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *