Fixer un adversaire pour libérer un partenaire (Bayern Munich)

Direction la Bavière pour une situation technico- tactique sur le plan offensif qui permettra de travailler les notions de passe longue aérienne, d’amortie, de conduite, de dribble, de passe en profondeur et de frappe. Tactiquement, elle permet de développer sur le plan défensif le cadrage du porteur de balle, la défense en avançant, l’orientation de l’attaque adverse, la mise en hors jeu. Sur le plan offensif, vous développerez les notions de fixer un adversaire afin de libérer un partenaire, du contre-effort défensif (sprint après le jeu à trois), la coordination des appels de balle, les courses croisées, le timming de passe et de déplacement, le démarquage latéral et en profondeur.

Variables possibles

Sur l’espace : terrain plus ou moins long, plus ou moins large.

Sur la première passe :

Qui fait la passe ? Un attaquant  Un défenseur (comme sur la vidéo)   Un entraîneur .

Origine de la première passe :  de face (sur la vidéo)   en retrait  latéral  venant de l’arrière

Type de passe :  cloche / tendu / enroulé, courte / moyenne / longue, réussi ou mettant le receveur en difficulté,   dans les pieds / dans la course.

Sur les défenseurs : 

Hauteur de départ des défenseurs : derrière le but (sur la vidéo) à éviter, à l’entrée de la surface ou plus haut suivant la hauteur des adversaires.

Départ du pressing : les défenseurs sortent sur le temps de passe ( préférable) ou attendent le contrôle de balle de l’attaquant.

Zone d’intervention : libre (sur la vidéo) (interdiction de défendre dans la surface (oblige les joueurs a défendre en avançant), interdire la poursuite, interdire certaines zones.

Action si récupération : aucune (sur la vidéo)  relance par une passe dans une ou plusieurs portes (passe courte ou longue) remontée du terrain en conduite pour passer dans une porte balle au pied.

Forme de défense : de face (en barrage)     de côté     en poursuite des attaquants    avec ou sans temps de retard, avec ou sans temps d’avance.

Type de défense : en individuelle    en zone    en mixte ( selon les joueurs ou la zone sur le terrain).

Rapport de force numérique :  en supériorité        en égalité       en infériorité.

Sur les attaquants :

Hauteur du départ des attaquants : Vous pouvez moduler la hauteur du départ des attaquants selon votre objectif. Il est cependant nécessaire d’avoir une logique entre la hauteur du départ des attaquants par rapport à la hauteur des défenseurs (exemple : ne pas faire partir les attaquants au milieu de terrain alors que les défenseurs sont à l’arrêt à l’entrée de la surface).

Forme d’attaque :

– attaque placée : défense en barrage a égalité numérique demandant à l’offensive d’utiliser la latéralité, la largeur et plusieurs temps de jeu afin de déséquilibrer le bloc défensif adverse pour marquer.

– attaque rapide : défense en barrage à quasi égalité numérique mais en crise de temps (bloc équipe pas replacé) en limitant le temps pour marquer afin de jouer rapidement vers l’avant. L’offensive devra se jouer dans le couloir de jeu direct (axe but -but) vers l’avant dans la verticalité.

– contre – attaque : défense en barrage en infériorité numérique avec (ou non) des défenseurs en poursuite. Comme l’attaque rapide, les attaquants devront donc jouer vers l’avant rapidement, plutôt dans l’axe du terrain avec des courses et des passes vers l’avant.

Placement des 3 joueurs au départ : placement en ligne (sur la vidéo) avec une pointe avant (un avant centre mobilisant les défenseurs), avec pointe arrière ( deux avant centre et un numéro 10 en retrait).

Nombre de touches de balle maximum : pouvant aller d’une touche à jeu libre.

Forme de départ : suivant la première passe, la prise de balle donc le départ peut-être en mouvement ( de préférence) ou à l’arrêt.

Temps limite : pouvant aller de libre en temps à maximum 3 secondes.

Hors jeu : avec hors jeu (de préférence) ou sans hors jeu. Si vous comptabilisez le hors-jeu, matérialisez la ligne du hors jeu.

Allons plus loin

 Nous pouvons nous accorder que le Bayern Munich fait parti des 5 plus grands clubs au monde et Pep Guardiola n’est pas le plus mauvais des techniciens au monde et pourtant….

Ayant participé à de nombreux formations fédérales jusqu’au Brevet d’état nous sommes certains que cet exercice aurait été critiqué (à juste titre ou non) par les cadres de la fédération Française de football. Pour quelle raison ?

– une situation de 3 contre 2 assez classique

– une première passe pour les attaquants venant volontairement des adversaires ( n’existe pas en match).

– une première passe venant de derrière le but ( n’existe pas en match).

– pas de réelles consignes (jeu offensif libre) pour les attaquants.

Ainsi, Guardiola aurait-il échoué aux CFF…, DES, Brevet d’état, DEF de la FFF ? Je ne pense pas, cependant, nous aurions réalisé cet exercice en formation fédérale, une pluie de critiques nous seraient tombées dessus.

En conclusion, il est bon d’écouter, d’apprendre lors des diverses formations mais gardez votre indépendance d’esprit et votre façon de faire propre. Il n’y a pas de mauvaises situations dans l’absolu.


1 comment for “Fixer un adversaire pour libérer un partenaire (Bayern Munich)

  1. 7 mars 2018 at 05:27

    It’s going to be ending of mine day, but before end I am reading this fantastic piece of
    writing to increase my knowledge.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *